Duo Exxtrem (main à main)

 

L’air, la terre, l’eau et le feu : au VIe siècle avant J-C, ces quatre éléments constituaient l’univers selon le philosophe grec Empedocle. Mehmet Mehmedov et Mira Greta Horvath les ont choisi comme environnement de leur duo aérien aux sangles. Mehmet a été plusieurs fois champion de son pays (la Bulgarie) en sports acrobatiques avant de créer un numéro de main à main avec un autre champion de son pays, Sezgin Ahmedov. Ils se produisirent, notamment, dans le spectacle « No Limits » du Cirque FlicFlac en 2007. Mehmet va continuer à mettre au point des numéros d’adagio-main à main tout en abordant le travail aérien en reprenant la mini-piscine créée chez FlicFlac par Laura Miller. En 2013, le numéro était présenté dans le spectacle « Exxtrem » au Cirque FlicFlac.
Les évolutions aériennes sont interrompues par de spectaculaires plongeons dans la piscine, le dernier étant effectué au milieu des flammes. Pour reprendre une chanson du regretté Johnny Hallyday, ce numéro allume le feu !
Les Gorgeous Girls de la Troupe Nationale de Chine (diabolos)

L’origine du diabolo, c’est la toupie, un jouet qu’on faisait tourner avec un fouet comme le montrent de très anciennes peintures rupestres retrouvées en Chine. Plus tard, on eut l’idée de joindre deux toupies par leur pointe et de les animer avec deux bâtons réunis par une corde. Le diabolo était né. Ce fut longtemps un divertissement pour les jeunes filles. En Chine, elles avaient coutume de se réunir pour fêter la nouvelle année lunaire en jouant avec leurs diabolos évidés de telle façon qu’ils émettaient des sifflements. Ceux des Gorgeous Girls (Filles Magnifiques) ne sifflent pas mais ils sont prétexte à une mise en scène inspirée d’un rôle traditionnel de l’Opéra de Pékin : les Huadan, personnages de « jeunes filles légères ou malicieuses… de qui le spectateur attend un jeu plein de coquetterie et d’humour » a écrit Jacques Pimpaneau dans le livre « L’Opéra de Pékin » (Actes Sud).
C’est le chorégraphe He Xiao Bin qui régla cette présentation en confiant la partie musicale au célèbre compositeur chinois Du Ming : une partition sautillante qui restera longtemps dans vos oreilles ! La préparatrice technique, Qing Liu, est née à Pékin en 1980. Dès ses neuf ans, elle fut recrutée par l’école nationale du cirque de Pékin. Elle vint à Paris avec trois partenaires en 1995 pour remporter la Médaille d’or du Cirque de l’Avenir et être engagée dans la troupe « Quidam » du Cirque du Soleil pour les tournées en Amérique du Nord. C’est elle qui, depuis 2003 entraîne ces diabolo girls.
C’est aussi à l’Opéra que sont empruntés les costumes chamarrés et les coiffes surmontées de hautes plumes de faisan vénéré – une espèce originaire de Chine dont les mâles portent des queues qui peuvent atteindre deux mètres.
Figures d’ensembles avec échanges de diabolos, performances de solistes sur un podium et, au final, un éblouissant feu d’artifice ! Le cirque démontre ici toute la richesse de ses créations avec un numéro présenté lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin en 2008, médaillé d’or au Festival Mondial du Cirque de Demain et à Wuqiao en 2005 et à Monte-Carlo en 2013.

Christian HAMEL Président du Club du Cirque